Prix

Le Conseil consultatif canadien de la radio (CCCR) offre chaque année deux prix importants :

La Bourse d’études en RadiocommunicatIons de CCCR William Taylor

La Bourse d’études en RadiocommunicatIons de CCCR William Taylor est décernée chaque année à un étudiant en génie qui a terminé (au moins) sa deuxième année d’études dans une université canadienne accréditée et qui a l’intention de poursuivre ses études en vue d’entreprendre une carrière dans le domaine des télécommunications. Pour obtenir ce prix, la personne choisie aura fait preuve d’excellence dans ses travaux universitaires et aura participé aux activités de l’industrie tout en contribuant de façon équilibrée à sa collectivité, à sa famille et à d’autres activités qui présentent un intérêt personnel. La valeur de cette bourse est de 3 500 $.

La Bourse d’études en RadiocommunicatIons de CCCR William Taylor est administrée par Électro-Fédération Canada.

Les candidats doivent :

  1. Être inscrits à une université canadienne accréditée
  2. Avoir terminé au moins la deuxième année d’un programme d’études de génie menant à une carrière en radiocommunication
  3. Faire preuve :
    1. d’excellence dans leur dossier d’études
    2. d’un engagement reconnu auprès de l’industrie
    3. d’une contribution continue à la collectivité en général

Les demandes peuvent être présentées jusqu’au 7 juin 2023.

Présentez la demande à www.electrofed.com

Les lauréats des bourses 2023 sont Harvinder Lethal et Zoe Devries

The 2023 winners of the William Taylor Scholarship in Radiocommunications are Harvinder Lethal and Zoe Deveries. Congratulations to both of them.

 

Harvinder is a Master’s student at the University of Toronto. He is working on developing ways to analyze congestion control algorithms in order to be able to understand their interactions with other network protocols and distributed machine learning traffic.

Harvinder also worked for ISED, aiding the Department’s understanding how international standards for the 6 Ghz band can be applied to the Canadian context and developing a test plan to be used for testing applicant systems. Please watch Harvinder’s message here: https://drive.google.com/file/d/150eMR7hV8ZWRRFk6ev8I6pLv8Kg6LkTA/view

 

Zoe has completed her 4th year in the engineering Department at the University of New Brunswick. As a student, she has been working in UNB’s Radiating Systems Research Laboratory, where she has been involved in antenna studies, RF exposure research and wireless power transfer system development. Please watch Zoe’s message here: https://www.youtube.com/watch?v=ZLD5U1nnfeo

© 2022 Radio Advisory Board of Canada

Prix du mérite industriel

Le Prix du mérite industriel est décerné chaque année à une personne qui a contribué de façon durable aux télécommunications canadiennes, soit par l’intermédiaire de leurs réalisations techniques ou grâce à des travaux d’élaboration de politiques qui permettent au Canada de se positionner à titre de chef de file mondial. Le récipiendaire de ce prix peut oeuvrer au sein du secteur privé ou du secteur public

Les candidatures à ce prix sont présentées par des membres du CCCR et les lauréats sont sélectionnés, habituellement au début de l’automne, par le Comité exécutif du CCCR.

Ce prix a été inauguré en 2004 pour célébrer le 60e anniversaire du Conseil.

Les lauréats sont :

2023: Dr. José Costa

Le Prix du mérite industriel 2023 a été décerné à José Costa, dont la carrière dans le secteur des télécommunications s’est échelonnée sur plus de 45 ans. Il a été reçu ingénieur industriel (électronique) en 1971 et a obtenu un doctorat en génie industriel de l’école Universidad Politécnica de Barcelone, en Espagne, en 1984. Il est aussi titulaire d’une maîtrise et d’un doctorat en génie électrique obtenus en 1973 et 1982, respectivement à l’Université de Toronto, en Ontario, au Canada.

Le Prix du mérite industriel 2023 a été décerné à José Costa, dont la carrière dans le secteur des télécommunications s’est échelonnée sur plus de 45 ans. Il a été reçu ingénieur industriel (électronique) en 1971 et a obtenu un doctorat en génie industriel de l’école Universidad Politécnica de Barcelone, en Espagne, en 1984. Il est aussi titulaire d’une maîtrise et d’un doctorat en génie électrique obtenus en 1973 et 1982, respectivement à l’Université de Toronto, en Ontario, au Canada.

En 1977-1978, il a fait un stage de recherche au ministère des Communications (aujourd’hui Industrie Canada) sur les services de communication de l’avenir. En 1978, il passe chez Recherches Bell Northern (BNR) ltée, société établie à Ottawa qui a été assimilée par Nortel au milieu des années 1990, où il a occupé plusieurs postes en génie des systèmes. En janvier 2010, il se joint à Ericsson dans la foulée de l’acquisition des actifs et services sans fil de Nortel par la société suédoise. Il a travaillé à l’élaboration des normes de radio et des recommandations sur l’utilisation du spectre de l’Union internationale des télécommunications (UIT), comme vice-président de la Commission d’étude 5 (UIT-R) (services terrestres) et président du Groupe de travail 5A (service mobile terrestre au-dessus de 30 MHz [à l’exclusion des IMT]; accès hertzien dans le service fixe; services d’amateur et d’amateur par satellite). Il participe en outre régulièrement aux travaux du Groupe de travail 5D (systèmes IMT), à titre de rapporteur de la CITEL. De 1999 à 2009, il est l’agent de liaison officiel de I’UIT-R pour la norme IEEE 802.16 (réseaux locaux ou métropolitains).

José a publié une trentaine d’articles dans des revues techniques et actes de conférence, en plus de collaborer à la rédaction de livres. Il compte aussi parmi les membres émérites de l’IEEE. Au fil de sa carrière, il a souvent contribué aux travaux des comités techniques du CCCR. Expert mondialement reconnu, José a occupé le poste de président du Groupe de travail 5A de l’UIT jusqu’au moment de prendre sa retraite.

Pendant de nombreuses années, José a monté une équipe pour participer au Défi CN au profit du Centre hospitalier pour enfants de l’est de l’Ontario (CHEO), pour financer la recherche en oncologie et les services offerts par l’établissement aux patients atteints de cancer et à leurs familles.

2005: C. (Vino) Vinodrai, Ancien de Bell Mobilité
Vino possède plus de 35 ans d’expérience dans l’industrie de la radio mobile, notamment dans les domaines du génie du spectre, de la normalisation, de la création de nouveaux services sans fil et des communications par satellite. Au cours des seize dernières années, il a travaillé pour Bell Mobilité et Bell Canada, après être entré au service de Bell en 1989. Au cours des trois dernières années, Vino a été responsable des Laboratoires universitaires Bell, qui font de la recherche sur les services filaires et sans fil, sur Internet et sur les portails à travers le Canada. Chez Bell Mobilité, il était responsable de la recherche sur les premières technologies sans fil, de travaux de normalisation, des technologies d’avenir, de l’étude de questions liées à la santé et de la planification de l’utilisation du spectre. En 1991, de concert avec un collègue, il a mis au point une antenne respectueuse de l’environnement, pour laquelle le grand prix d’excellence leur a été décerné par le président de Bell Mobilité.

Vino a coprésidé le sous-comité sur les SCP du Conseil consultatif canadien de la radio (CCCR). Il a également représenté Bell Mobilité au sein de divers comités de la Telecommunications Industry Association (TIA), de la Cellular Telecommunication Internet Association (CTIA), du CDMA Development Group (CDG) et du Conseil consultatif canadien sur les normes de télécommunication (CCCNT). Vino a participé au Groupe de travail no 8 de l’Union internationale des télécommunications (UIT), y compris du GT 8F, qui devait se pencher sur les systèmes de l’après-IMT 2000. Il a aussi participé aux travaux du 3GPP2.

Avant d’entrer au service de Bell, il a oeuvré pendant plus de dix ans au service du gouvernement de l’Ontario, où il a mis au point le réseau provincial de communication ambulancière. De concert avec le Centre de recherches sur les communications, et à l’aide de technologies satellitaires, il a aussi mis au point le réseau de communication du service d’ambulances aériennes de l’Ontario.

Parmi les principales réalisations de sa carrière figurent les suivantes :

  • Présidence du Groupe de travail sur la transférabilité des numéros sans fil (TNS) de l’Association canadienne des télécommunications sans fil (ACTS). Ce groupe de travail a produit le plan de mise en oeuvre de la TNS au Canada.
  • Transformation des Laboratoires universitaires en un réseau de recherche national. Ce travail est à l’origine de la synergie avec laquelle des projets de recherche sont menés dans diverses universités de toutes les régions du Canada.
  • Collaboration productive avec des promoteurs et des fournisseurs de services étrangers pour ce qui est de résoudre les problèmes de normalisation des services de 3G. Grâce à ces travaux, l’Union internationale des télécommunications (UIT) a approuvé les normes IMT 2000 (aussi appelées 3G ou UMTS), ce qui a permis à l’industrie du sans fil d’offrir aux consommateurs de nouvelles applications de pointe.
  • Direction de la rédaction du document sur les exigences applicables aux usagers pour les Services de communications personnelles (SCP) en Amérique du Nord.
  • Affectation, par le Cabinet du Premier ministre de l’Ontario, au Groupe de travail sur la visite papale et à diverses visites royales, en vue d’assurer la coordination des activités de télécommunication.
  • Implantation, pour la première fois au Canada, de terminaux mobiles dans un service de police (police d’Ottawa).

Il est membre de l’Institute of Electrical Engineers, de l’Ordre des ingénieurs de l’Ontario (OIO) et de l’Institute of Electrical and Electronics Engineers; il détient aussi le titre d’ingénieur européen.

Vino a terminé ses études secondaires à Singapour et obtenu son diplôme en génie électrique à l’Université de Londres, au Royaume-Uni. Il a immigré au Canada en 1973 pour constituer un groupe d’ingénierie des systèmes radio chez Pye Telecommunication.

2004: Mme Veena Rawat, Ph.D., Présidente du Centre de recherches sur les communications
Mme Rawat compte 28 ans d’expérience à Industrie Canada en gestion de programmes relatifs aux techniques du spectre, notamment l’élaboration de normes et l’accès au spectre pour de nouveaux services de radiodiffusion. Avant de se joindre au CRC, Veena était directrice générale adjointe, Techniques du spectre, à Industrie Canada, là où elle était responsable des services terrestres sans fil, des services mobiles de communication par satellite, des services des sciences de l’espace, de l’analyse EMC, ainsi que des nouvelles technologies et des nouveaux services.

Mme Rawat possède également une vaste expérience de collaboration avec des cadres supérieurs d’organismes canadiens (p. ex., le Conseil consultatif canadien de la radio, l’Association canadienne des télécommunications sans fil, l’Electronic Federation of Canada). Elle a aussi dirigé des délégations canadiennes et mené des négociations auprès d’organismes internationaux de télécommunications des Nations Unies (p. ex., l’Union internationale des télécommunications), de l’Organisation des États américains et du gouvernement des États-Unis (p. ex., la Federal Communications Commission et la National Telecommunications and Information Administration). Du milieu des années 90 à mars 2003, elle a été coprésidente du Comité canado-américain de négociation de l’utilisation du spectre le long des frontières.

Mme Rawat a présidé de nombreux comités techniques d’organismes canadiens et internationaux qui traitent des normes et des enjeux de télécommunications, du spectre et de la radiodiffusion. En 2003, elle est devenue la première femme à présider la Conférence mondiale des radiocommunications de l’organisme de télécommunications des Nations Unies pour lequel elle s’est vue attribuer une médaille d’or par le Secrétaire général de l’UIT. Ses efforts et ses contributions ont donné lieu à une croissance considérable de la représentation et de la reconnaissance des femmes qui occupent un rôle de direction dans ces organismes nationaux et internationaux. Elle continue de prendre part à des activités qui encouragent et font croître le nombre de femmes qui œuvrent en sciences et technologie.

Mme Rawat a quitté l’Inde pour s’établir au Canada en 1968 et a été la première femme à terminer un doctorat en génie électrique à l’Université Queen’s en 1973.

Son travail lui a valu de nombreuses reconnaissances, y compris le prix Femme de l’année de l’Association canadienne des femmes en communications (ACFC), le Prix de pionnière de l’ACFC, la Médaille commémorative du Jubilé de Sa Majesté la Reine Elizabeth II, le Prix d’excellence en leadership d’Industrie Canada, et les médailles d’or et d’argent de l’UIT pour ses contributions sur la scène internationale. Mme Rawat a également reçu le titre de membre titulaire honoraire de la Société des techniques de radiodiffusion de l’Inde et a récemment reçu le Prix du leadership international au gouvernement de la part de Wireless Communications Association International, aux États-Unis.